Des détails étonnants apparaissent dans la salle d’audience

Article original datant du 18/05/22

D’une manière ou d’une autre, ce fait hautement pertinent a été gardé secret pendant tout ce temps…

L’ancien vice-président de Neustar, Rodney Joffe, a fait beaucoup parler de lui ces derniers temps depuis que son rôle d’acteur clé dans le réseau d’espionnage privé d’Hillary Clinton a fait surface.

Il semble qu’il ait dirigé un groupe d’entrepreneurs fédéraux privés qui abusaient et exploitaient leur accès aux bases de données et aux serveurs fédéraux afin d’espionner à la sauvette pour la campagne de Clinton. Cette activité d’espionnage hautement illégale comprenait le vol de données classifiées relatives à Trump et à ses proches associés et la tentative d’utiliser ces données volées pour fabriquer des fausses affaires de collusion Trump/Russie, comme le canular de l’Alfa Bank et le canular du dossier Steele.

Mais le nom de Joffe est apparu d’une manière plutôt intéressante lors du premier jour du procès de l’ancien avocat de la campagne Clinton, Michael Sussmann.

Le premier témoin appelé à la barre était le cyberchef du FBI, David Martin, qui a fait de son mieux pour expliquer à un jury à l’air ennuyé ce que sont les données DNS et quelles sont les revendications avancées par la campagne Clinton au FBI dans les livres blancs d’Alfa Bank et les données de la clé USB.

Après avoir entendu le témoignage de Martin sur ce que sont les données DNS et sur les revendications de Sussmann auprès de l’avocat général du FBI James Baker le 19 septembre 2016, c’était au tour de la défense d’interroger Martin.

L’avocat de Sussmann a soigneusement conduit Martin à travers un récit du CV étendu et impressionnant de Joffe en matière de cybersécurité, et comment Joffe est bien connu au FBI, ayant été embauché et payé comme source confidentielle pour l’agence.

En soi, cela a été un énorme drapeau rouge pour de nombreux chercheurs dévoués au Spygate, comme moi-même, Tracy Beanz, Jeff Carlson, Dawson Field et bien d’autres. La relation de longue date de Joffe avec le FBI soulève une grande question :

Pourquoi Sussmann a-t-il complètement évité d’utiliser le nom de Joffe lors de sa rencontre avec Baker pour lui remettre cette fausse affaire ? Pourquoi a-t-il insisté pour prétendre qu’il venait en son propre nom, et non pour un client ou une entreprise ? On pourrait penser qu’étant donné le long passé de Joffe avec le FBI, le nommer ouvrirait des portes, et non les fermerait.

Bien qu’il y ait eu beaucoup de spéculation au cours des 9 derniers mois environ depuis que le nom de Joffe a fait surface pour la première fois, ce n’est que lorsque Brittain Shaw, membre de l’équipe d’accusation de Durham, s’est levée pour poser son nouvel interrogatoire à Martin qu’une réponse définitive à cette question a commencé à apparaître.

Shaw a demandé à Martin s’il savait que Joffe avait vu sa relation de source confidentielle avec le FBI « Termination for Cause » (Licenciement motivé), et Martin a répondu qu’il n’était pas au courant.


Définition des DéQodeurs : Qu'est-ce qu'un licenciement motivé ?

Le licenciement pour motif valable est le fait de licencier ou de laisser partir un employé pour une raison suffisante, telle qu'une mauvaise conduite. Si le licenciement pour motif valable n'implique pas toujours une mauvaise conduite de la part de l'employé, c'est le cas dans de nombreux endroits, dont le Texas, par exemple.

Les raisons pour lesquelles un employé peut être licencié pour motif valable sont les suivantes :

- Voler
- Mentir
- Échouer à un test de dépistage de drogues ou d'alcool
- Falsification de dossiers
- Détournement de fonds
- Insubordination
- Fraude
- Comportement criminel
- Divulgation d'informations privées, confidentielles ou de secrets commerciaux
- Violation délibérée de la politique ou des règles de l'entreprise
- La condamnation d'un crime ou la rupture d'un contrat que vous avez avec votre employeur peut également constituer un motif de licenciement pour cause.

Ce qui semble avoir émergé dans la salle d’audience ce matin est la véritable raison pour laquelle Joffe a insisté pour que Sussmann ne révèle pas qu’il était l’un des clients qui avait développé la fausse affaire de l’Alfa Bank.

Joffe avait besoin d’un moyen de mettre la fausse affaire de l’Alfa Bank entre les mains du FBI **sans que son nom y soit attaché ou que ses empreintes digitales soient partout.

Le rôle de Sussmann était essentiellement de jouer le rôle d’homme de paille pour Joffe, en cachant l’implication intime de Joffe dans la collecte et la construction des données et allégations de l’Alfa Bank.

Jusqu’à présent, il ne semble pas y avoir d’informations disponibles sur ce que Joffe a fait exactement pour que le FBI mette fin à sa relation avec lui en tant que source confidentielle, ni sur la date de cette fin.

Rappelons que dans une récente réponse à une motion de la défense demandant au juge de rejeter l’acte d’accusation contre Sussmann si le gouvernement n’accordait pas l’immunité à Joffe, les procureurs de Durham ont confirmé que Joffe reste un sujet actif de leur enquête criminelle.

Compte tenu de ce que Durham a montré que Joffe était impliqué dans divers dépôts de documents judiciaires dans l’affaire Sussmann au cours des sept derniers mois, l’inculpation de Joffe semble être une conclusion inévitable ; il s’agit juste de savoir quand Durham veut dévoiler l’inculpation.

SOURCE