Des e-mails révèlent d’autres preuves que Hillary Clinton a payé pour une opération de désinformation anti-Trump

Article original datant du 29/04/22

Les preuves continuent de s’accumuler que la campagne d’Hillary Clinton a payé l’ancien agent du MI6 Christopher Steele pour blanchir des recherches frauduleuses sur l’opposition par le biais des agences de renseignement américaines.

Des courriels internes récemment publiés révèlent qu’avant que Fusion GPS n’engage Steele pour le compte de la campagne Clinton afin de déterrer des saletés sur Donald Trump, la société de recherche sur l’opposition a commencé à colporter plusieurs des mêmes mensonges sur la collusion avec la Russie que l’ancien agent du MI6 détaillera plus tard dans le dossier Steele. Ce fait met en lumière un aspect important du scandale du Spygate qui mérite qu’on s’y attarde et qu’on le condamne : L’exploitation scandaleuse par les démocrates des références et des connexions des services de renseignement pour blanchir des accusations calomnieuses contre un ennemi politique.

Depuis début 2018, lorsque Devin Nunes, alors président de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, a exposé dans un mémorandum de quatre pages les preuves que le Département de la Justice (Département de la Justice) et le Federal Bureau of Investigation (FBI) avaient abusé de la loi sur la surveillance du renseignement étranger pendant le cycle des élections présidentielles de 2016, les Américains ouverts à la réalité ont lentement pris connaissance de l’ampleur du scandale du Spygate.

Pendant ce temps, l’attention s’est d’abord concentrée, à juste titre, sur l’abus de la FISA et l’utilisation par le FBI d' »infos » non vérifiées pour obtenir une ordonnance du tribunal afin de surveiller l’ancien conseiller de la campagne Trump, Carter Page. Au fur et à mesure que le scandale se dévoilait, les catégories d’irrégularités se sont multipliées, des fuites illégales aux médias pour construire le récit de la collusion et, plus tard, pour forcer la nomination d’un avocat spécial, à la sélection des « bonnes personnes » sous la forme de partisans enragés pour doter l’équipe de Crossfire Hurricane.

Un autre aspect sous-jacent du scandale n’est apparu clairement que récemment avec la poursuite de l’ancien avocat de la campagne Clinton, Michael Sussmann. Les procédures dans le cadre de l’affaire criminelle de fausses déclarations du conseiller spécial John Durham contre Sussmann révèlent que les démocrates ont payé des personnes accréditées liées aux agences de renseignement américaines pour transmettre, à la presse et au gouvernement, des preuves inventées de la collusion entre Trump et la Russie.

Sussmann, qui travaillait auparavant pour le Département de la Justice, représente l’un de ces individus connectés dont les accréditations ont servi à cacher la responsabilité de la campagne Clinton dans la création de la désinformation sur la collusion avec la Russie. Au cours des derniers mois, les documents déposés dans le cadre du dossier pénal de l’avocat spécial contre Sussmann ont révélé comment il a joué de ses relations avec des agents du FBI et de la CIA pour obtenir des réunions afin de transmettre des données et des « livres blancs » liés aux fausses affaires d’Alfa Bank et de Yota phone Russia, tout en cachant leurs origines.

Aujourd’hui, un lot d’e-mails entre Fusion GPS et des journalistes, rendus publics en début de semaine dans l’affaire Sussmann après que le bureau de l’avocat spécial les ait déposés par inadvertance sur le registre public, suggère que Steele a été payé pour la même raison : ses références et ses relations cacheraient la nature politique du coup.

Ces courriels révèlent que le mois précédant l’embauche de Steele par Fusion GPS, l’entreprise avait commencé à raconter que Carter Page, lié à la campagne Trump, servait les intérêts russes. À la mi-mai 2016, Jake Berkowitz de Fusion GPS a envoyé un courriel au journaliste de Slate Franklin Foer au sujet de Page. La note, qui comprend plusieurs liens avec des phrases préliminaires sur Page, se lit comme un effort de collaboration pour enquêter sur le conseiller de Trump.

Peter Fritsch, le cofondateur de Fusion GPS, s’est également joint au fil d’e-mails. Il s’est poursuivi quelques jours plus tard, Berkowitz partageant avec Fritsch et Foer ses dernières « recherches » sur Page. Cet e-mail comprenait quelques noms d' »anciens partenaires » de Page et un lien vers un article de Medium.com critiquant Page. L’article Medium attaquait également le conseiller de campagne bénévole de Trump à l’époque, George Papadopoulos, dont le FBI affirmerait plus tard qu’il est à l’origine du lancement de l’ouragan Crossfire lorsque Papadopoulos s’est soi-disant vanté que les Russes avaient des ragots sur Hillary.

Les chercheurs de Fusion GPS ont continué à partager les résultats de leur enquête sur Page avec Foer. Le 19 mai 2016, Berkowitz a dit à son patron de Fusion GPS et au journaliste que « certaines émissions d’obligations de Merrill pendant le mandat de Page » à la banque d’investissement de Merrill Lynch impliquaient quelques « personnages intéressants« , dont Alfa Bank et ses fondateurs. À cet e-mail, Foer a répondu qu’il allait « faire un travail sur Rick Burt », dont il parie qu’il « travaille pour les Russes ». Foer a ensuite affirmé dans un e-mail de suivi que Burt faisait partie du conseil d’administration d’Alfa Bank.

Foer a incorporé les premières recherches qu’il a échangées avec Fusion GPS dans son article de Slate, « Vladimir Poutine a un plan pour détruire l’Occident – et il ressemble beaucoup à Donald Trump« , qui présente Page, Papadopoulos et Burt, lié à Alfa Bank, comme des associés de Trump compromis par les Russes. Foer est également le « journaliste » qui a publié l’histoire de l’Alfa Bank chez Slate deux semaines seulement avant l’élection présidentielle. Les courriels échangés fin juin entre Fritsch et Foer montrent également que Fusion GPS se concentre sur Sergei Millian, Fritsch déclarant que Millian est « clairement kgb ».

Fusion GPS a continué à échanger des e-mails au cours des trois mois suivants avec Foer et d’autres scribes démocrates, tels que Tom Hamburger du Washington Post et Mark Hosenball de Reuters. Millian était le sujet d’un courriel du 24 juillet 2016 envoyé par l’autre fondateur de Fusion GPS, Glenn Simpson, à Hamburger. Dans cet e-mail de fin juillet, Simpson a fourni au « journaliste » du Post trois adresses e-mail de Millian, suggérant une pression de la part de Fusion GPS pour que les journalistes se concentrent sur Millian dans le cadre de la fausse affaire de collusion avec la Russie.

Ces e-mails s’avèrent significatifs bien au-delà de l’exposition de la relation symbiotique qui existait entre Fusion GPS, financé par Clinton, et les propagandistes non rémunérés de la presse. En effet, le moment et les cibles des communications indiquent que les démocrates ont payé pour que Steele appose un imprimatur du MI6 sur leurs recherches sur l’opposition.

Le cabinet d’avocats Perkins Coie a d’abord engagé Fusion GPS en avril 2016 pour mener des recherches d’opposition sur Trump au nom de la campagne Clinton et du Comité national démocrate. Mais Fusion GPS n’a pas retenu Steele avant juin 2016, le mémorandum initial de Steele étant d’abord daté du 20 juin 2016. À ce moment-là, cependant, Fusion GPS avait déjà ciblé Page et mis en évidence Alfa Bank comme suspect. Les communications de Fusion GPS avec la presse avant Steele étaient également axées sur le rôle de Page en tant que conseiller de la campagne Trump et sur ses divers liens avec Alfa Bank.

Le dossier de Steele semblerait par la suite confirmer le cadrage de Fusion GPS de Page comme agent russe, sur la base des nombreux mensonges que la « sous-source primaire » de Steele, Igor Danchenko, a nourri l’ancien agent du MI6. Parmi ses autres mensonges, Danchenko, qui est actuellement sous le coup d’une inculpation pour avoir fait de fausses déclarations au FBI, a faussement prétendu que Millian avait fourni des renseignements détaillés concernant la campagne Trump et Page.

Bien que Steele n’ait pas nommé Danchenko ou Millian dans ses mémorandums, son dossier a non seulement identifié Page mais l’a fait passer pour un agent russe. Le dossier Steele a ensuite servi de base au FBI pour obtenir une ordonnance de la cour FISA afin de surveiller Page, et à son tour, la campagne Trump.

Le Bureau de l’inspecteur général du Département de la Justice a déjà accusé les agents du Département de la Justice et du FBI impliqués dans l’obtention des ordres de surveillance FISA pour Page de mauvaise conduite, mais la responsabilité s’étend plus loin jusqu’au tribunal FISA. Elle a émis les ordres de surveillance anticonstitutionnels sur la base du travail de Steele en tant qu’ancien agent du MI6.

Pas étonnant que Fusion GPS ait payé Steele. Ils avaient besoin de ses références en tant qu’agent du MI6 pour donner du sérieux à leurs recherches sur l’opposition et pour cacher les racines de la campagne Clinton dans les attaques contre Trump. La campagne Clinton avait également besoin de Steele pour exploiter ses contacts au sein du gouvernement, ce que l’ancien espion a fait en transmettant le dossier à son responsable, son copain Bruce Ohr, et plus tard au Département d’État américain. Steele a ainsi servi de façade à la tentative des démocrates de faire passer Trump pour un pigeon russe.

Le déversement d’e-mails en début de semaine, qui ne représente qu’une fraction des « centaines » d’e-mails entre Fusion GPS et les journalistes, révèle encore plus cette réalité en montrant que Fusion GPS avait déjà le scénario qu’elle a payé Steele pour compiler bien en main avant de retenir l’ancien agent du MI6. On peut dire la même chose des journalistes.

SOURCE